A la une, Actualités

15 ans après l’instauration de son dernier Plan Général de Stationnement, dont le bilan est positif, la Ville de Vienne a travaillé en concertation à l’élaboration d’un nouveau Plan Général de Stationnement, voté lors du Conseil municipal du 17 octobre dernier. S’il s’inscrit dans la continuité du précédent, ce PGS 2022-2037 a pour objectif de répondre aux nouvelles problématiques et aux nouveaux enjeux auxquels Vienne et les Viennois sont confrontés au quotidien.

Le Plan Général de Stationnement 2007-2022

En juillet 2007, un Plan Général de Stationnement (PGS) a été adopté par la Ville de Vienne, afin de mieux partager les espaces de stationnement entre les différents usagers (véhicules, piétons, vélos, bus…) et ainsi répondre aux demandes des résidents, des clients des commerces et des actifs sur l’espace du centre-ville. Il s’agissait aussi d’améliorer la rotation des véhicules stationnés aux abords des commerces pour soutenir leur activité. Prenant en compte les difficultés constatées, ce plan intégrait des projets et mesures importantes qui ont façonné le fonctionnement du stationnement tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Le PGS 2007-2022 a notamment prévu plusieurs zones de stationnement (verte, rouge, violette et bleue), ainsi qu’une offre de stationnement en parkings en ouvrage sur le périmètre du centre-ville (gare et Saint-Marcel, puis Camille-Jouffray et Capucins mis en place au cours du PGS). Il prenait également en compte les usages au travers de différentes formules d’abonnement pour les résidents, les actifs, les artisans, les professionnels de santé, les covoitureurs, les propriétaires de véhicules écologiques (disque vert), ainsi que des formules d’abonnements spécifiques au parking Saint-Marcel. Il prévoyait aussi la requalification d’un certain nombre d’espaces publics, conformément à la volonté municipale et des habitants de réduire la place de la voiture sur l’espace public (place Saint-Paul, place du Pilori, rue Marchande, place de la République).

Enfin, le Plan Général de Stationnement 2007-2022 a notamment intégré :

  • la transformation de la gare de Vienne en pôle multimodal,
  • le développement de l’offre de transport en commun (L’VA et TER),
  • La création du parking Centre Ancien,
  • l’agrandissement du parking de la gare de 400 places pour atteindre
    800 places aujourd’hui, avec 350 réservées aux abonnés TER ou habitants,
  • le développement des pistes cyclables avec la réalisation de la « colonne vertébrale » Sud/Nord, du pont-barrage au magasin « Leclerc ».
  • le développement de box et arceaux à vélos (142 places dans les consignes et 222 arceaux),
  • le dispositif « Fredo » : 30 vélos en libre-service,
  • le « Plan trottoirs » qui a permis la requalification de 8 kilomètres de linéaire entre 2014 et 2020 et qui prévoit 15 kilomètres entre 2020 et 2026,
  • la création d’un Parking classé « zone verte » de 300 places près du Centre ancien.
Le parking Centre Ancien.

Quel bilan pour le PGS de 2007 ?

Le bilan de ce plan de stationnement est positif, que l’on considère l’activité commerciale (+10% de commerces) ou immobilière (+ 150 logements). Il a permis d’avoir plus d’ouvertures de commerces et a contribué à l’émergence de projets de requalification de logements en centre-ville. Des leviers qui ont participé à la baisse du taux de vacance et à la construction de logements neufs. Ce plan a contribué à améliorer la rotation qui était passée en moyenne de 3,4 véhicules par place et par jour en 2007 à 6,63 en 2009 sur la zone rouge.

De nouveaux enjeux pour Vienne

Malgré ce bon bilan, après 15 ans, le Plan Général de Stationnement 2007-2022 doit être renouvelé en raison de nouvelles problématiques et de nouveaux enjeux :

  • L’augmentation de la population à travers la construction de nouveaux logements, dont les occupants devront disposer de solutions de stationnement,
  • La préservation et le développement des pôles commerçants, qui nécessitent l’amélioration de la rotation des véhicules,
  • Le maintien des services publics, auquel la municipalité est très attachée, qui implique de préserver les possibilités de stationnement,
  • La nécessité de rendre les règles et l’offre de stationnement plus lisibles et toujours mieux adaptées aux usages,
  • La végétalisation et la piétonnisation des espaces publics, qui nécessitent que les places ne soient pas totalement occupées par la voiture pour éviter l’effet « parkings à ciel ouvert »,
  • Le développement des modes actifs, alors que 72% des déplacements s’effectuent encore en voiture et que 82% d’entre eux le sont pour des trajets de moins de 3 km,
  • La cohabitation entre le stationnement des résidents et l’organisation de manifestations d’ampleur (Jazz à Vienne, Fête Historique, Foire de Vienne),
  • La mise aux normes des places PMR et des passages piétons conformément à la réglementation en vigueur, ce qui entrainera des suppressions de place,
  • Les évolutions énergétiques et écologiques des véhicules, qui rendent nécessaire de mener une véritable politique d’équipement pour répondre aux besoins des utilisateurs.

La démarche de concertation engagée par la Ville

Afin de travailler à un nouveau Plan Général de Stationnement de 2022 à 2037
(15 ans, soit la durée du PGS 2007-2022), la Ville de Vienne a décidé de lancer un Comité consultatif lors du Conseil municipal du 11 octobre 2021. Ce comité s’est ensuite réuni à 7 reprises.

Le Comité était composé de 92 membres : des élus de la majorité municipale dans les délégations concernées, des élus d’opposition, des représentants des acteurs économiques et du logement, des directeurs des écoles/collèges publics et privés et des représentants des parents d’élèves de ces établissements, des associations et clubs sportifs, des représentants des professionnels de santé, des institutions et services publics, des associations de quartier, des associations du domaine du handicap et de l’inclusion, ainsi que des services de la Ville et de l’Agglomération concernés. 172 propositions ont été faites par les membres.

En parallèle de ce Comité, la Ville a lancé fin décembre 2021 une consultation en ligne auprès des Viennois. 328 Viennois ont répondu au questionnaire, formulant 629 propositions, ensuite réparties en 121 propositions différentes (les propositions similaires ayant été agglomérées en une).

En ajoutant les 172 propositions du Comité consultatif, ce sont au total 293 propositions qui ont été étudiées.

Le Plan Général de Stationnement 2022-2037

Les membres du Comité consultatif ont défini 15 enjeux, auxquels l’ensemble des propositions devait se conformer. Par la suite, les membres du Comité ainsi que les répondants à la consultation en ligne ont classé par ordre d’importance les enjeux. Une moyenne a été réalisée, permettant d’arriver à l’ordre suivant :

1Proposer une offre de stationnement attractive adaptée aux différents publics et usages (actifs, usagers TER/transports, professionnels de santé…)
2Conforter la dynamique commerciale
3Continuer à rendre accessibles les services publics du centre-ville
4Accompagner la volonté et l’attente de nos concitoyens de requalification des espaces publics, de végétalisation, de lutte contre les îlots de chaleur sans réduire le nombre global de places de stationnement
5Proposer une offre de stationnement attractive adaptée aux résidents en intégrant la rénovation et la réhabilitation des 700 logements vacants recensés en centre-ville
6S’inscrire dans une démarche globale des mobilités intégrant le développement des modes de transports alternatifs à la voiture/autosolisme (piétons, vélos, transports en commun…)
7Assurer l’adéquation entre un plan de circulation qui doit être amélioré et le Plan Général de Stationnement dans un souci d’amélioration de la qualité de l’air
8Prendre en compte l’organisation d’événements et de manifestations en centre-ville
9Répondre à l’évolution de la réglementation (places PMR, passages piétons, sécurité incendie…)
10Sécuriser les zones de stationnement et parkings (vidéo, éclairage…)
11Optimiser l’espace aux différents usages (livraisons, stationnements gares, accessibilité dont PMR…)
12Se donner les moyens de faire respecter les règles
13Faciliter l’information, la signalétique, l’usage des équipements…
14Mieux maîtriser les effets de bord dans les secteurs aujourd’hui gratuits
15Intégrer les évolutions énergétiques et écologiques des véhicules

Le nouveau PGS doit ainsi accompagner le développement de la Ville et notamment du centre-ville tant du point de vue du commerce et de l’économie que de l’aspect résidentiel (avec notamment la remise de 700 logements sur le marché via le programme Action Cœur de Ville). Il devra également accompagner la volonté municipale de verdir le centre-ville, de désimperméabiliser les sols et de lutter contre les îlots de chaleur. Il devra enfin répondre aux enjeux environnementaux et climatiques en proposant des alternatives à l’autosolisme.

Pour répondre à ces enjeux, un certain nombre de propositions concrètes ont pu être retenues par le Comité consultatif et validées techniquement et financièrement par les services de la Ville et de l’Agglomération. Ces propositions composent le nouveau Plan Général de Stationnement 2022-2037.

Elles sont réparties en 4 grandes catégories :

  • Accroître l’offre existante ;
  • Reconquérir les espaces publics, favoriser les modes « verts » et alternatifs à l’autosolisme ;
  • Des offres mieux adaptées aux différents usages, mieux contrôlées et sécurisées ;
  • Un fonctionnement plus simple et plus lisible.

Accroître l’offre existante

Le premier axe du Plan Général de Stationnement 2022-2037 sera d’augmenter l’offre existante et de la recalibrer.

Sur la durée du Plan Général de Stationnement, le nombre global de places de stationnement sur le périmètre du PGS ne devra pas diminuer. Toutefois, un certain nombre d’espaces seront reconfigurés pour faire disparaître les « parkings à ciel ouvert » ou respecter la réglementation en vigueur (c’est le cas de certaines places PMR et de certains passages piétons). De la même manière, la volonté de développer les modes actifs et les transports en commun pourra se traduire par des suppressions de places.

En conséquence, il sera donc nécessaire de créer de nouvelles places.

Créer des places en parkings en ouvrage : entre +556 à +624 places

La première solution de création de place sera par le développement ou la création des parkings en ouvrage.

La Ville de Vienne réalisera ainsi la réorganisation du parking Centre-Ancien, actuellement en zone verte (300 places), pour le transformer en parking en ouvrage, à l’image du parking Saint-Marcel. Cela pourra être réalisé à court terme, et assurera aux abonnés de ce nouveau parking de pouvoir bénéficier d’une place, tout en continuant à offrir du stationnement horaire.

Parallèlement, la Ville poursuivra les études sur la possibilité d’agrandir ce parking, une étude ayant déjà été réalisée pour une extension au-dessus de la route départementale. Cela pourra représenter, selon le projet retenu, une augmentation de 56 à 124 places de la capacité du parking.

La Ville réalisera également à court terme un parking sur le secteur de la Petite Vitesse (près de la Gare de Vienne). Cela permettra de créer 150 places avec une possibilité d’extension de 150 places supplémentaires à moyen terme, soit
300 places au total.

La Ville étudiera également, en fonction des acquisitions foncières envisageables notamment, la possibilité de créer un parking de 200 places à long terme entre la place Saint-Maurice et la place Pichat.

Enfin, après échanges avec la DRAC et le bureau INGEROP, il a été décidé et ainsi de procéder à l’aménagement paysager de la place François-Mitterrand, tout en préservant une partie du stationnement (40 places environ sur 70). Les 23 places qui avaient temporairement été créées sur le parvis de la Mairie quand le projet de Parking souterrain était d’actualité? seront-elles repaysagées.

Favoriser le foisonnement et le covoiturage : Entre 400 et 500 places en plus en parking relais

La seconde solution privilégiée par le Plan Général de Stationnement est de favoriser le foisonnement sur les places existantes, c’est-à-dire le nombre de véhicules accueillis sur une même place en 24 heures, ainsi que le covoiturage.

La Ville va ainsi réviser les tarifs de ses parkings en ouvrage (Saint-Marcel, et demain Centre-Ancien et Petite Vitesse) pour augmenter le nombre d’abonnés sur certaines périodes, notamment le soir et la nuit, où le nombre actuel d’abonnés est relativement faible. En effet, sur le parking Saint-Marcel, on estime que l’occupation moyenne nocturne des places est de seulement 27%, alors qu’elle est de 88% sur la zone verte.

La réduction du tarif des abonnements « soirs et week-end » dans les parkings en ouvrage, qui passera de 31€/mois aujourd’hui à 25€/mois, la création d’un tarif « abonnement résident places vertes + soirs et week-end en parking en ouvrage » au tarif de 30€/mois, et le passage de l’horaire de début de ces abonnements en soirée à 18h (contre 19h actuellement), doivent permettre d’attirer davantage de résidents dans les parkings en ouvrage la nuit ou lors d’événements, lorsque les places vertes sont occupées.

De même, l’application de meilleurs contrôles sur le stationnement en voirie doit permettre de favoriser la rotation des véhicules, et ainsi accueillir davantage de véhicules même sans création effective de places.

Par ailleurs, la Ville va créer une nouvelle offre de stationnement covoiturage attractive pour les actifs, avec des places réservées aux covoitureurs dans les parkings en ouvrage à court terme (et sur voirie à moyen terme). Ainsi, les covoitureurs auront l’assurance d’avoir une place de stationnement réservée et donc de ne pas avoir à tourner pour se garer. L’objectif est, à court terme, de disposer d’au moins 100 places de covoiturages réservées dans les parkings en ouvrage.

Afin d’offrir des lieux de relais aux covoitureurs, mais aussi de permettre aux actifs de rallier le centre-ville en transports en commun, la Ville et l’Agglomération vont créer sur la durée du Plan Général de Stationnement 4 parkings relais représentant jusqu’à 500 places : à l’Est – parking de Gémens (156 places), au Sud – boulevard Pacatianus (40 places à court terme avec possibilité d’extension à 100 places), au Nord – Gare d’Estressin (155 à 168 places) et Quai-Pasteur (60 à 80 places).

Compte tenu de la volonté de réorienter les actifs vers les parkings relais pour qu’ils rallient ensuite le centre-ville en transports en commun, modes actifs ou covoiturage, les prix des abonnements actifs en parking ou sur voirie seront légèrement augmentés tandis que les abonnements de covoiturage seront beaucoup moins chers. Les tarifs seront également harmonisés entre les différents parkings en ouvrage (Saint-Marcel, Centre Ancien et Petite Vitesse).

Mieux prendre en compte les stationnements privés

Le Plan Général de Stationnement se concentre également sur les stationnements privés, qui étaient jusqu’ici peu pris en compte dans les politiques de stationnement à Vienne. La Ville a ainsi recensé 998 places de stationnement privées environ (garages et parkings), parmi lesquelles 153 places de parking Advivo (61 à Cuvière et 92 à Camille Jouffray) et 71 garages d’Advivo.

On sait grâce aux données statistiques de l’INSEE que le centre-ville compte 3 663 habitants, répartis en 2 217 foyers dont 713 foyers sans voiture, 1 232 foyers avec 1 voiture, 253 foyers avec 2 voitures et 19 avec 3 voitures ou +. Soit 1 795 voitures au moins.

Le centre-ville compte 998 places de stationnement privées environ (garages et parkings),1 310 places vertes et plus de 1 125 places de parkings, soit au moins 3 433 places de stationnement pour environ 1 795 voitures de résidents. Il apparait donc qu’un certain nombre de ces places peuvent être utilisées par les actifs et mutualisées entre les résidents présents les soirs et week-ends et les actifs présents en semaine la journée.

C’est le cas bien entendu des places sur voirie ou en parkings publics, mais aussi des places de stationnement privées. Il serait ainsi préférable de favoriser la mutualisation et le foisonnement également sur ces places privées. La Ville envisagera donc la création d’une plateforme permettant la mise en relation des propriétaires de places privées résidents (parkings et garages) et des actifs, afin de favoriser l’occupation optimale de ces places.

Reconquérir les espaces publics, favoriser les modes « vertes » et alternatifs à l’autosolisme

Le second axe du PGS 2022-2037 portera sur une dimension environnementale, écologique et relative au cadre de vie. Cet axe prend en compte l’aspiration des habitants et des visiteurs d’une ville où la voiture serait moins omniprésente sur l’espace public, ainsi que l’indispensable réponse aux enjeux écologiques et environnementaux.

Reconquérir les espaces publics

La Ville de Vienne, conformément à son engagement de réduire la place de la voiture sur l’espace public, de désimperméabiliser les sols et de lutter contre les îlots de chaleurs, procédera a minima sur la durée du Plan Général de Stationnement à la suppression partielle ou totale du stationnement sur les espaces suivants, en lien avec les projets d’aménagement portés par ailleurs :

  • Requalification de la place de l’Hôtel de Ville (22 places) et de la place François-Mitterrand (70 places) : 30 places supprimées à court terme ;
  • Rendre entièrement piétonne la place Charles-de-Gaulle : 5 places supprimées à court terme ;
  • Requalification du cours Brillier avec la création d’un couloir bus et d’une piste cyclable : 53 places supprimées à court terme ;
  • Requalification de la place Saint-Pierre en lien avec le projet de Musée : 80 à 165 places supprimées à moyen ou long terme ;
  • Requalification de la place Saint-Maurice : 62 places supprimées à moyen ou long terme ;
  • Etude de la requalification de la place de Miremont et du cours Romestang (entre 0 et 80 places supprimées à long terme).

Une cinquantaine de places vont également être supprimées pour permettre la mise aux normes des places PMR et sécuriser les traversées piétonnes.

Au total, la requalification de ces espaces entrainera la suppression de 282 à 447 places. Cependant, ces suppressions seront entièrement compensées par la création, en parallèle, de 556 à 624 nouvelles places de stationnement (voir précédemment), sans compter les parcs relais et l’offre de covoiturage, qui doit dans un premier temps participer à réduire de 100 places l’occupation du stationnement en centre-ville, au profit d’un stationnement sur parcs relais.

Par ailleurs, la Ville a procédé le 30 septembre dernier au passage du centre-ville en zone 30, favorisant les espaces de rencontre piétons/vélos/voitures et diminuant les problématiques de vitesse, de sécurité routière, de nuisances sonores, etc.

De même, la Ville procédera tout au long de la durée du PGS à un travail de suppression des boucles courtes (trajets courts permettant de passer plusieurs fois aux mêmes endroits et pour rechercher une place de stationnement) qui favorisent la saturation du trafic, la pollution et permettent aux automobilistes de chercher à se garer au plus près du lieu où ils souhaitent se rendre même lorsque le stationnement est saturé. La suppression de ces boucles, à l’instar de ce qui a été réalisé place de la République, permet ainsi de favoriser le stationnement sur les espaces moins saturés tout en limitant la pollution et les embouteillages.

Développer les transports en commun

Le Plan Général de Stationnement (PGS) 2022-2037 intègre la nouvelle DSP Transports de Vienne Condrieu Agglomération, qui permet d’augmenter l’amplitude horaire et la desserte des transports en commun (bus), tout en intégrant au réseau les trajets ferroviaires entre Vienne centre et Chasse-sur Rhône notamment.

Le PGS comprend aussi la requalification du cours Brillier avec l’ajout d’un couloir bus. Le fait de favoriser la circulation des transports en commun par rapport aux véhicules individuels sera étudié sur d’autres secteurs au cours de la durée du PGS.

Le Plan Général de Stationnement prévoit également la réouverture de la gare de Vaugris : cela permettra de réduire le nombre d’usagers en gare de Vienne (et donc le stationnement qui l’accompagne). L’étude réalisée sur ce sujet évoque ainsi 680 à 1140 montées et descentes à la Halte de Reventin-Vaugris à terme. On estime que cela permettra de diminuer de 135 à 245 le nombre de véhicules stationnant à Vienne.

Par ailleurs, le plan intègre le projet de RER métropolitain annoncé dans le cadre du Syndicat mixte des transports de l’Aire métropolitaine lyonnaise (SMT/AML), en lien avec la Région et la Métropole de Lyon.

Développer les modes actifs

L’un des moyens de réduire le stationnement reste l’utilisation d’autres moyens de transports que la voiture individuelle. Outre les transports en commun, cela intègre évidemment les modes dits « actifs » (marche, vélos…).

Après 8 kilomètres de trottoirs déjà réalisés entre 2014 et 2020, la Ville poursuivra sur la durée du Plan 2022-2037 son « Plan trottoirs » pour continuer à faciliter la circulation des piétons. En parallèle, après environ 4 kilomètres de pistes cyclables réalisés sur le PGS précédent, en particulier sur la « colonne vertébrale » du Nord au Sud, l’Agglomération et la Ville poursuivront le déploiement des pistes cyclables avec les liaisons Est-Ouest.

Cela comprendra notamment : la requalification de l’avenue Général-Leclerc, la piste cyclable Malissol – Charlemagne – Vienne Centre, la piste cyclable en Vallée de Leveau (portée par le Conseil départemental) et la requalification du cours Brillier avec une voie cyclable.

Le Plan Général de Stationnement 2022-2037 intègre également la poursuite du déploiement des arceaux (222 existants) et des consignes à vélos (142 existantes). L’Agglomération poursuivra également les initiatives comme « Fredo » ou la location de vélos au Pavillon du Tourisme afin de favoriser l’utilisation même temporaire des cycles.

La Ville étudiera également, en lien avec des associations locales, la possibilité de multiplier les « pédibus » pour permettre aux élèves de se rendre à l’école depuis les parkings et espaces de stationnement, afin de limiter la saturation du trafic et du stationnement aux abords des établissements scolaires aux heures de début et de fin de cours.

Développer le covoiturage

La nouvelle DSP Transports prévoit également une solution de covoiturage rémunéré : « Klaxit », via l’application du même nom, qui permet une indemnisation du conducteur sur les 30 premiers kilomètres (2€ minimum et 3€ maximum).

Par ailleurs, la Ville va créer une nouvelle offre de stationnement covoiturage attractive pour les actifs, avec des places réservées aux covoitureurs dans les parkings en ouvrage (lire précédemment).

La Ville et l’Agglomération continueront également à soutenir le système d’autopartage « Citiz » et réfléchiront à son développement et son évolution si besoin sur la durée du PGS.

Favoriser les évolutions énergétiques « vertes » des véhicules

La Ville a déjà réalisé 16 places de recharge pour véhicules électriques. Ces places pourront être complétées à l’avenir en fonction du taux d’utilisation et des besoins dans les quartiers périphériques actuellement non-équipés. Les parkings relais seront également équipés. Les évolutions liées à d’autres énergies, comme l’hydrogène, seront également prises en compte.

Des offres mieux adaptées aux différents usages et mieux contrôlées et sécurisées

La révision des tarifs

La durée de gratuité du stationnement sur voirie passera à 30 minutes contre 20 actuellement, pour faciliter la vie des usagers.

La Ville va par ailleurs réviser les tarifs de ses parkings en ouvrage (Saint-Marcel, et demain Centre-Ancien et Petite Vitesse) pour notamment augmenter le nombre d’abonnés sur les périodes où le nombre actuel d’abonnés est relativement faible, comme la nuit au parking Saint-Marcel.

La réduction du tarif des abonnements « soirs et week-end », qui passera de 31€/mois aujourd’hui à 25€/mois, la création d’un tarif « abonnement résident places vertes + soirs et week-end en parking en ouvrage » au tarif de 30€/mois, et le passage de l’horaire de début de ces abonnements en soirée à 18h (contre 19h actuellement), doivent permettre d’attirer davantage de résidents dans les parkings en ouvrage la nuit, et ainsi de désengorger les places sur voiries en soirée et les week-ends.

SituationTarifs au 1er janvier 2023Tarifs antérieurs
Résident du centre-ville avec abonnement 7j/7 24h/24 en parking en ouvrage70€/mois74€/mois
Personne non-résidente du centre-ville avec abonnement 7j/7 24h/24 en parking en ouvrage82€/mois74€/mois
Résident avec abonnement zone verte12€/mois 132€/an12€/mois 132€/an
Résident avec abonnement 18h-8h en semaine + 24h/24 week-end en parking en ouvrage25€/mois 30€ avec abo. places vertes31€/mois 43€ mois (31€ parking + 12€ zone verte)
Actif avec abonnement en parking en ouvrage 7h-19h30 du lundi au vendredi55€/mois50€/mois
Actif avec abonnement en parking en ouvrage 7h-19h30 du mardi au samedi55€/mois50€/mois
Actif avec abonnement 1 à 5 jours sur zone verte8€ mensuels/jour hebdomadaire (40€ pour 5 jours)7,50€ mensuels/jour hebdomadaire (38€ pour 5 jours)
Actif avec abonnement de parking relais seul (car rejoint le centre-ville en mode actifs)5€/mois + prix de box à vélo le cas échéantinexistant
Actif avec abonnement de parking relais + bus0€ + 28€/mois (prix de l’abonnement L’VA)inexistant
Actif avec abonnement de parking relais + covoiturage avec place en parking en ouvragePrix selon le nombre de covoitureurs : 32€ pour 2 (16€/pers) 30€ pour 3 (10€/pers) 28€ pour 4 (7€/pers)inexistant
Actif avec abonnement de parking relais + covoiturage avec place en zone vertePrix selon le nombre de covoitureurs : 16€ pour 2 (8€/pers) 15€ pour 3 (5€/pers) 12€ pour 4 (3€/pers)inexistant
Zone de stationnement périphérique6€/moisinexistant

L’extension de la zone réglementée

Suite à de nombreuses demandes d’habitants des zones périphériques gratuites qui subissent les « effets de bord » (stationnement des personnes prenant le train ou stationnement d’actifs), le Plan Général de Stationnement prévoit la possibilité de créer des zones réglementées en dehors du périmètre du centre-ville. Cela concerne par exemple la partie directement au Sud du centre-ville (cours de Verdun, Boulevard Fernand-Point, avenue Beauséjour/rue Michel-Servet, etc.)

Dans ces cas-là, les habitants seront consultés et, en cas de majorité de réponses approuvant la réglementation, le stationnement deviendra réglementé par la création d’une nouvelle zone de stationnement. Celle-ci permettra aux résidents de stationner sans limitation de durée en contrepartie d’un abonnement à prix très réduit (6€/mois), tandis que les non-résidents devront s’acquitter d’un paiement horaire.

Le respect des règles et la sécurité

L’application de meilleurs contrôles sur le stationnement en voirie doit permettre de favoriser la rotation des véhicules, et ainsi accueillir davantage de véhicules même sans création effective de places.

Par ailleurs, le PGS intégrera le déploiement de la vidéo protection sur l’intégralité des parkings en ouvrage et des espaces principaux de stationnement actuellement non pourvus, ainsi que l’amélioration de l’éclairage. Les abus sur places PMR seront également mieux contrôlés.

Dans la mesure du possible, des systèmes de contrôle des accès seront également étudiés sur les parkings en ouvrage.

Le Centre de supervision Urbain pourra également être mis à profit pour la vidéoverbalisation des stationnements abusifs, notamment sur les places PMR.

La prise en compte des événements

Le PGS intègre une meilleure prise en compte des événements ayant lieu en centre-ville, notamment en ce qui concerne l’organisation du stationnement pour les résidents, mais aussi la desserte en transports en commun.

La prise en compte des cas particuliers

La Ville continuera à proposer des solutions de stationnement pour les cas particuliers (artisans, livraisons, disques blancs pour les professionnels de santé, etc.) et, en fonction des demandes, sera prête à étudier la création de nouveaux dispositifs.

Les possibilités d’amélioration du dépose-seconde de la gare seront également étudiées, de même que les demandes de systèmes de dépose-minute qui ont été formulées lors de la consultation (Gymnase Georges-Brun notamment).

Au sujet de la livraison, diverses solutions seront étudiées : travail avec les gestionnaires de parkings en ouvrage, possibilité de mettre à disposition des transporteurs les emplacements de livraisons via une application, possibilité de proposer des services de livraisons intra-muros en modes actifs notamment à destination des commerces et des résidents dans le centre-ville, etc.

Un fonctionnement plus simple et plus lisible

Amélioration et simplification des horodateurs

En lien avec le prestataire, la Ville travaillera sur la simplification du fonctionnement des horodateurs et tachera de rendre plus difficile l’accès au ticket du montant du Forfait Post-Stationnement (dont le montant est de 22€ au moment de l’adoption du présent PGS). Ce tarif, qui correspond à une dernière tranche d’un quart d’heure que la Ville a été obligée de créer par la loi, est en effet parfois source d’erreur pour certains usagers.

Communication sur le fonctionnement du stationnement

La Ville améliorera également la communication sur le stationnement à travers notamment la création de panneaux d’information sur les entrées de ville et dans les principaux espaces de stationnement, pour expliquer le fonctionnement des différentes zones de stationnement courte et longue durée et des parkings avant que le visiteur ne soit garé, tout en indiquant le nombre de places et les lieux à privilégier pour stationner (parkings…)

L’intégration de l’ensemble des informations relatives au stationnement sera améliorée sur l’application de la Ville de Vienne, sur l’application FlowBird de paiement du stationnement, sur les bornes interactives, sur le site web, et sur les principaux lieux de passage (Mairie, Pavillon du Tourisme, hébergements touristiques). Le téléjalonnement sera repris, amélioré et développé (avec l’indication à jour du nombre de places disponibles dans chaque parking), de même que la signalétique piétonne.

Conclusion

Ce Plan Général de Stationnement 2022-2037 est le fruit d’un travail collectif, mené au travers des 7 réunions du Comité consultatif et d’une large concertation, auprès des membres de ce Comité, mais aussi auprès de tous les usagers par l’intermédiaire d’un questionnaire en ligne.

Ce Plan doit permettre de concilier pour les 15 prochaines années :

  • le nécessaire stationnement des résidents,
  • le confortement du dynamisme commercial et événementiel de notre ville,
  • la préservation des services publics et de leur accessibilité,
  • le respect des normes, des  règles de stationnement et de la sécurité,
  • la volonté des habitants comme des visiteurs de bénéficier d’espaces de respiration, piétons, végétalisés et requalifiés,
  • le développement des transports collectifs et des modes actifs, en alternatives à l’autosolisme,
  • la prise en compte des « effets de bord » dans les secteurs périphériques,
  • les évolutions énergétiques et écologiques des véhicules.

Il permettra ainsi à notre ville de continuer d’être dynamique, attractive et agréable à vivre.

Comments are closed.

Close Search Window